Belgo Mums: Et si c'était à refaire

Par Mon Bebe a Bruxelles - 22:32

2019. Une nouvelle année qui commence et avec elle son lot de bonnes résolutions: dormir plus, manger sain, penser à soi... Pour notre thème du mois de Janvier, nous avons décidé de ne nous éloigner de nos commandements intenables, pour vous parler de nos choix assumés. Derrière de simples mots, "Et si c'était à refaire", une véritable rétrospection.


En tant que femme et mère, je pense parfois que la résilience fait partie de notre destinée. Loin d'être défaitiste, je cherche plutôt à comprendre pourquoi le renoncement embrasse si bien la condition féminine. Éduquées dans l'image d'un commun tant espéré (le couple, la famille), nous montrons très tôt un dévouement sans relâche à celui et ceux qui sauront créer l'idéal. Mais avec les  années qui passent, c'est l'amertume de nos actes manqués qui résonne dans nos têtes: carrière écourtée, envies délaissées, coquetterie négligée, etc...
Malgré tout, il existe certains choix que l'on fait et qu'on ne regrette jamais.

Pour la première fois, avec les Belgo Mums, j'ai décidé d'en dire un peu plus sur mon histoire, entre les lignes.

Lettre à T.

Si c'était à refaire...

Les  yeux fermés, j'aurais aimé te raconter une belle histoire. Une histoire pleine de chapitres et de souvenirs joyeux. J'aurais aimé te montrer des images, celle de notre rencontre, de nos vacances, de toi, encore si fragile, lové dans ses bras. J'aurais aimé te raconter vos interminables parties de football, te murmurer les chansons qu'il te chantait. J'aurais aimé qu'il voit tes premiers pas, qu'il te serre dans son cou chaud, que tu découvres la  fierté dans ses yeux. 

Depuis presque 5 ans, je porte injustement la culpabilité de son départ. Face à ses peurs, ses doutes et sa jeunesse peut-être, je n'ai rien pu faire, sauf te faire naitre sans père. Pour lui, tu es venu par surprise, pas vraiment attendu, pas vraiment assumé. Pour moi, tu étais une évidence: celle que la vie, ma vie, n'allait plus jamais être la même. Tu m'as aimé telle que j'étais, perdue, désemparée; seule. Tu savais bien que je ne mettrais pas ma main sur mon ventre, ni m'amuserais avec ce bidon rebondi. Pas de "toc toc qui est là ?" ni d'oreilles pour t'écouter. Un no man's land de 9 mois, aussi triste que difficile. Pourtant chaque jour, tu t'es battu pour ta vie et transformer la mienne. 


Mon fils, je te remercie de t'être montré si fort et si patient avec moi, ta Maman, celle qui n'était pas prête à l'être. La route n'a pas été facile - ni sans sacrifice, mais je n'ai jamais regretté mon choix.  Il y a 5 ans, à sa question " lui ou moi ?", je ne savais pas vraiment quoi répondre. Aujourd'hui, sans doute aucun, je peux affirmer que j'ai gardé le meilleur de nous, toi.

Je sais qu'un un jour, il reviendra, celui que tu as rêvé d'appeler "Papa". Il sera là ton héros, devant notre porte, finalement impatient de te (re)connaitre. Émue,  je t'embrasserai sur le front et te regarderai partir. Tu te retourneras à peine, si impatient de retrouver L'oublié. 


Vole, ris, crie avec lui mon fils! 
Fabrique avec lui tous ces souvenirs que je n'ai et ne pourrai jamais t'offrir. 
Ta Maman qui t'aime :-)

  • Partager :

Vous aimerez aussi

2 commentaires